Infections urinaires : comment les traiter chez les femmes ?

Infections urinaires

Publié le : 24 juin 20227 mins de lecture

L’infection urinaire est une maladie qui peut toucher les femmes comme les hommes. Néanmoins, la femme est plus susceptible de l’attraper puisque son urètre est plus court que chez les hommes et plus proche du rectum. Les risques d’infection sont ainsi plus élevés. La femme a également tendance à utiliser des produits hygiéniques et odorants sur leur appareil génital, une autre cause de la cystite.

L’infection urinaire : tout ce qu’il faut savoir

Une infection urinaire est une infection qui touche les femmes comme les hommes. Ce genre d’infection est assez commun et peut concerner n’importe quelle partie du système urinaire: l’urètre, l’uretère, la vessie et les reins. Plusieurs symptômes alertent de la présence d’une infection urinaire, mais elle peut facilement être traitée, notamment par des antibiotiques.

Il existe différents types d’infections urinaires. Leur nom varie en fonction de la partie du système urinaire touchée. Ainsi, lorsque l’infection touche l’urètre on parle d’urétrite, lorsqu’elle touche les reins, on parle de pyélonéphrite, et lorsqu’elle touche la vessie on parle de cystite. Vous pouvez trouver des solutions sur cystite traitement. Contrairement à ce que l’on peut penser, l’urine ne contient aucune bactérie. Elle est un produit des reins, qui fonctionnent comme un filtre. Effectivement, les reins vont filtrer le sang et en extraire les déchets, les toxines et l’excès d’eau. C’est l’urine. Le corps de l’homme compte deux reins qui filtrent 200 litres de fluide par jour ; chaque rein évacue 1.5 litre d’urine par jour. En aucun cas l’urine ne peut être infectée pendant son voyage dans le système urinaire. Les germes et les bactéries causant les infections proviennent de l’extérieur. Voici comment ils pénètrent dans le système urinaire.

Comment faire la différence entre une infection urinaire et une cystite ?

Le système urinaire est composé des reins, de l’uretère, de la vessie et de l’urètre. Les reins servent de filtre pour le sang. Une fois les toxines séparées du sang, celles-ci sont évacuées vers la vessie par les uretères. C’est dans la vessie que l’urine va être stockée jusqu’à ce qu’elle soit complètement évacuée du corps par l’urètre. Ainsi une infection urinaire est une infection qui peut toucher toutes ces parties du système urinaire, dont la vessie. Dans ce cas on parle de cystite. Si une infection urinaire peut être une cystite, une cystite n’est pas toujours une infection urinaire. Voici pourquoi. Les infections urinaires sont généralement causées par des microorganismes: bactérie, parasite ou encore champignon. Ces microorganismes se développent sur la peau, sur des objets ou sur des fluides qui vont pénétrer l’urètre et infecter le système urinaire. Une fois qu’ils touchent la vessie, l’infection devient une cystite. Mais la cystite peut ne pas être d’origine bactérienne. Elle peut provenir de l’utilisation de produits hygiéniques, de fragrance ou de produits chimiques, ou peut être une mauvaise réaction à des médicaments, des radiations et à la chimiothérapie. La cystite touche plus les diabétiques, les femmes enceintes et les personnes utilisant des cathéters.

Quels sont les signes d’une infection urinaire ?

Une infection urinaire va provoquer l’inflammation de la paroi du système urinaire. Les symptômes que le patient va subir serviront d’alertes. En général, ils se présentent sous les formes suivantes. Le patient a souvent une envie récurrente et pressante d’uriner, parfois même allant jusqu’à avoir des incontinences. Son urine peut présenter une couleur inhabituelle et dégager une odeur désagréable. Il arrive même qu’il trouve du sang dans son urine. Un autre signe d’une infection urinaire est la présence de douleurs au moment d’uriner. La douleur peut persister et toucher le flanc, le bas du dos, le pelvis et l’abdomen. Une infection urinaire peut également se présenter sous d’autres formes: nausée et vomissement, douleur pendant les relations sexuelles, douleur au niveau du pénis pour les hommes, fatigue et fièvre, voire même confusion et troubles mentaux.

À partir des symptômes énumérés par le patient, le médecin va procéder à une analyse de son urine. Ceci aura pour objectif d’analyser les globules rouges et blancs, et de détecter les anomalies possibles comme l’existence d’une bactérie. Il est également possible que le médecin ordonne une cystoscopie, une IRM, une échographie ou encore une tomographie assistée par ordinateur pour mieux comprendre ce qui arrive au patient.

Comment traiter et prévenir l’infection urinaire ?

Une manière simple de prévenir l’infection urinaire, puisque celle-ci peut être d’origine sexuelle, est de s’adonner au sexe sans risque. Ceci implique de se protéger pendant l’acte et de se faire dépister pour d’éventuelles infections sexuelles. Un autre moyen consiste à uriner après le sexe afin de se débarrasser de potentielles bactéries pouvant pénétrer le système urinaire.

En ce qui concerne la cystite, une bonne hygiène de vie est fortement conseillée: alimentation saine, exercices physiques réguliers, etc. Vous réduirez ainsi les risques de devenir diabétique ou d’attraper une maladie pouvant entraîner l’utilisation de cathéters. Hydratez-vous tout au long de la journée et n’attendez pas d’être pressé avant d’aller aux WC. Essuyez-vous d’avant en arrière, maintenez la zone autour de votre sexe propre et évitez l’utilisation de produits chimiques ou odorants sur votre appareil génital. Le médicament le plus prescrit par les médecins reste les antibiotiques. Si la cystite n’est pas causée par une bactérie, il est alors possible de soigner une infection urinaire sans antibiotique. A la place, le médecin peut proposer au patient de changer son hygiène, son mode de vie et au pire, lui prescrire des médicaments qui vont réduire la douleur et les symptômes.

Conseils nutrition : consulter un spécialiste à Paris
Votre partenaire santé en ligne

Plan du site